La Revue Oiseaux Exotiques du CDE

L

a revue des Oiseaux Exotiques, magazine mensuel du CDE, fait entrer le lecteur dans l’intimité de l’oiseau, lui fait découvrir l’animal dans tous ses états ; en milieu naturel, en milieu contrôlé en élevage. Oiseaux Exotiques est riche de 50 années d’observations, tant empiriques que scientifiques, appuyées sur des observations d’éleveurs passionnés, des travaux d’ornithologues et de vétérinaires de renoms. C’est aussi une revue engagée qui se bat contre la disparition des espèces menacées et qui plaide en faveur d’une aviculture responsable en soutenant des programmes de conservation sur le terrain.
Le mot d’ordre de la ligne éditrice c’est : « élever pour préserver la biodiversité » en favorisant la reproduction en captivité d’espèces souvent menacées, l’éleveur les préserve et décourage la capture d’oiseaux qui seraient soustraits a leur milieu d’origine. Au-delà de l’agrément que procure la compagnie de tous ces oiseaux, les éleveurs ont le souci constant de conserver et de respecter les espèces et leur diversité.
Oiseaux Exotiques c’est aussi ses célèbres annonces, mais également la liste non moins célèbre des valeurs d’échanges de pratiquement toutes les espèces d’oiseaux élevées en captivité. Vous avez la possibilité de retrouver ces deux rubriques également sur ce site, elles sont en temps réel. Une obligation, être abonné, en effet le CDE est responsable du contenu de vos annonces.


Le CDE, un nom, des valeurs, une ambition…


Jean-Michel Cazes
Président du CDE


D

urant ces 50 ans, le CDE a acquis une notoriété, des valeurs fortes et une ambition à toutes épreuves. À l’origine de l’émergence du CDE, le Docteur Robert PIONNEAU (1895-1976 - photo ci-contre), éleveur d’oiseaux exotiques les plus divers. C’était en 1966, il y a tout juste 50 ans… Regardez ce qu’écrivait en 1996 Claude BÉGUÉ, son successeur, qui lui-même a consacré 28 ans de son existence au CDE : «Le Dr R. PIONNEAU, éleveur éclairé de faune ailée sous ses formes les plus diverses (grandes perruches, faisans, canards …) était de ceux dont la passion communicative suscitait les vocations et fédérait les énergies. Soucieux d’offrir à l’élevage d’oiseaux exotiques un cadre associatif adapté à ses objectifs et à sa spécificité.»
Le CDE c’est aussi la revue desOiseaux Exotiques, qui a vu le jour en début d’année 1966, avec deux feuilles dactylographiées et ronéotypées. Bulletin qui reprenait des conseils à l’encontre des jeunes éleveurs néophytes, sans expérience, afin d’éviter les déboires, les déceptions, les dépenses coûteuses que les chevronnés avaient pu connaître.
Le CDE c’est encore et plus que jamais le Championnat de France des Oiseaux Exotiques, le premier en France en 1967. Cette année ce sera le 48e dans notre salle de Chantonnay en Vendée. Ce Championnat de France, a vu des hauts et des bas,mais nous sommes en passe de réussir notre pari, c’est-à-dire atteindre le nombre d’oiseaux exposés en 1990 à Caen ou Strasbourg en 1992, avec plus de 3 500 oiseaux, malgré la continuelle campagne de dénigrement orchestrée par certains qui ne digèrent toujours pas l’émergence du CDE et plus particulièrement l’achat de cette salle. Notre ambition est d’en faire un lieu convivial d’échanges et de rencontres entre éleveurs. Nous vous y attendons nombreux, vous pourrez découvrir un espace bar et un restaurant digne d’un professionnel, de nombreux stands nourriture et matériel (VAMA,Versele-Laga, Coustenoble, Deli Nature, King).


La vie commence à 50 ans…


Bertrand François
Responsable du Comité petites et grandes perruches


L

e CDE a 50 ans cette année… Jean Michel CAZES m’a confié la lourde tâche de relater, avec mon ressenti, ses cinquante années au service des éleveurs. Moi-même je suis adhérent au CDE depuis 27 ans et petite anecdote, je suis né la même année que le CDE à moins que ce soit le CDE qui soit né la même année que moi en 1966…
Que d’aventures et d’événements durant ces cinquante années au service des passionnés d’oiseaux de tout genre. Créé en 1966 par le Docteur PIONNEAU, le CDE avait pour vocation d’aider et d’être au service des éleveurs, nul doute que le pari est réussi quand on voit ce qu’est devenu le CDE en 2016. À sa création, quelques dizaines d’éleveurs faisaient par- tie de cette entité qui allait donner naissance à la revue du CDE, que vous connaissez tous aujourd’hui, et qui ne se résumait à l’époque qu’à une, deux, trois feuilles dactylographiées et ronéotypées. Très vite il a fallu trouver un autre support pour communiquer avec les adhérents et en 1972 est apparue la première revue imprimée d’une dizaine de pages avec une couverture unique par année. Un an plus tard, le docteur PIONNEAU a laissé la place à René MORY qui a dirigé le CDE pendant une année avant de laisser la place à Claude BÉGUÉ jusqu’en 1994, date à laquelle est arrivé Jean-Michel CAZES, en avril. Depuis il veille à la bonne marche de cette entité nationale qui est passée de quelques dizaines d’abonnés à environ 4000 en 2016 avec un pic à 6500 adhérents en 2004. Un pionnier du CDE, Stéphane LAVERGNE, m’a donné l’an dernier les premières revues du CDE… c’est surprenant quand on connaît la revue du CDE aujourd’hui! Il fait parti du CDE depuis sa création, au départ on ne parlait que de l’élevage des oiseaux exotiques à bec droit ou bec crochu. Il y avait alors très peu de mutation. Mais l’évolution de l’élevage est telle qu’aujourd’hui il est normal de parler de tous types d’élevages et d’avoir des articles plus généralistes.
Il est difficile de citer des noms pour parler du CDE, car forcément on va en oublier et créer des jalousies ou des déceptions. Néanmoins il y en a quelques-uns qui ont marqué ma vie de cédéiste et dont j’ai envie de parler. Bien sûr, il y a le fondateur de cette entité, Robert PIONNEAU sans qui rien ne serait ou n’aurait été. L’arrivée de Jean-Michel CAZES en avril 1994 a sans aucun doute donné un nouveau souffle au CDE. Avec ses ambitions et ses nouvelles idées, Jean-Michel a très vite trouvé son cheval de bataille… la REVUE. Il voulait une grande revue reconnue dans le monde de l’élevage. Quand on voit ce qu’elle est devenue aujourd’hui, on ne peut que le féliciter pour son travail. Je pense qu’il a été particulièrement bien secondé dans ce défi avec l’arrivée, la même année, de Jean-François DEJONGHE, notre infographiste, qui a donné ses lettres de noblesses à notre mensuel. Dès son arrivée, Jean-François a modifié le format de la revue, puis il a apporté une autre modification en 2003 et enfin en 2012, pour arriver à la revue actuelle avec ses 72 pages d’une qualité exceptionnelle. Jean-François DEJONGHE, devenu notre Rédacteur en chef, est d’une très grande exigence, aussi bien avec lui qu’avec tous les membres du comité de rédaction surtout pour les photographies.
C’est parfois difficile pour nous d’être à la hauteur de ses exigences, mais en même temps, que de progrès nombre d’entre nous ont pu réaliser dans le domaine de la photographie pour satisfaire à la qualité de la revue! Merci Jean François pour votre travail, votre disponibilité et votre patience avec nous qui ne respectons pas toujours les délais pour vous fournir les articles et les photos. Je tiens également à rendre hommage à Didier LE PORTOIS qui a fourni un travail exceptionnel pour le CDE. Travail parfois dans l’ombre et que tous n’arrivent pas forcément à évaluer et à reconnaître. Pourtant il a donné de son temps au détriment parfois de sa vie de famille mais aussi professionnelle pour défendre les intérêts des éleveurs face à un ministère souvent difficile à convaincre. Combat qui a eu pour aboutissement l’arrêté du 10 août 2004 qui a été une véritable révolution dans le monde des éleveurs, car enfin l’élevage amateur a été reconnu. Il faut rappeler qu'avant 2004, la détention d'une seule perruche omnicolore mutante ou type sauvage, la loi en vigueur obligeait l'éleveur ou le détenteur à obtenir un certificat de capacité et une autorisation d'ouverture d'établissement. Un autre grand défi du CDE a sans doute été aussi le passage à l’informatique avec la création de notre site. On ne pouvait pas passer à côté de cette révolution technologique, et la création du site a été un tournant important.
Je garde de mes 27 ans au CDE des souvenirs de moments de grande intensité aussi bien dans les joies que dans les peines. C’est toujours un grand plaisir de retrouver les copains lors des assemblées générales ou lors des différents championnats de France. Bien sûr, il y a parfois « des coups de gueule » mais finalement, c’est toujours la fête et l’occasion de boire un petit coup ensemble. Combien d’efforts et de galères aussi pendant les championnats de France et finalement l’année suivante on remet ça… Mais le plus difficile reste sans doute les copains qui sont partis trop tôt ou brutalement, je pense à Olivier, Bernard, Éric et plus récemment Jean-Claude. Certains vont se dire en recevant la revue: mais pourquoi ne parle-t-il pas de celui-ci ou de celui-là… je sais que j’ai peut-être oublié de citer certaines personnes, je m’en rendrai certainement compte quand je recevrai la revue. En fait, nous nous devons de rendre hommage à tous ceux qui, à un moment donné de leur existence, ont donné de leur temps au CDE, soit en animant un club, un comité, en organisant un championnat de France, mais aussi tous les éleveurs qui participent aux championnats, bourses, babyshow ou qui envoient un article pour relater une expérience d’élevage. Le CDE est l’affaire de tous, n’hésitez pas à entrer en contact avec les responsables de club pour les aider dans l’élaboration de la revue. C’est un très gros travail mensuel pour lequel nous avons besoin de vos témoignages.Un grand merci et un grand bravo à Raymond HELIAS qui le gère depuis sa création. D’autres noms me viennent à l’esprit à l’instant où j’écris ces quelques lignes, Claude BÉGUÉ, Claude POGGI, Alain DELILLE, Jean-Pierre BUGAREL, Bernard LOURADOUR, Clairette et Jean-Claude BERLEMONT mais aussi une autre légende du CDE, le trésorier Paul LAUCOURNET, et son épouse à qui on aurait pu donner le titre de trésorière adjointe. Paul est trésorier du CDE depuis 1979, 37 ans au service du CDE… quel dévouement pour ce couple d’une remarquable gentillesse. Deux festivals CDE l’ont marqué durant toutes ces années, celui de Caen et celui d’Aix-les-Bains, tant la décoration florale était exceptionnelle. Quand je suis arrivé au CDE il n’y avait que 1000 adhérents environ. Paul a décidé cette année de prendre sa retraite du monde associatif, retraite bien méritée je pense.
La dernière grande bataille du CDE est sans doute l’acquisition de sa salle à Chantonnay. C’était le rêve de Jean-Michel depuis plusieurs années, d’avoir notre propre salle pour ne plus être à la merci des communes pour organiser des manifestations. Ce fut un difficile combat en particulier à cause de toutes les jalousies que cela a pu susciter. Mais cette fois ça y est, nous avons notre salle et cette année nous avons pu y réaliser notre troisième championnat de France qui fut un réel succès au niveau de la participation des éleveurs. Jean-Michel s’est beaucoup investi pour arriver à faire cette acquisition, mais je crois que là aussi il faut lui associer une poignée de bénévoles qui l’ont aidé et qui maintenant se donnent à fond dans un autre défi, celui d’embellir la salle pour qu’elle soit un lieu d’accueil et de rencontre le plus agréable possible, et qui se dévouent à l’entretien de cette salle. Cela représente un travail énorme, et pour s’en convaincre il faut voir l’état de la salle après un championnat de France, quand tous les oiseaux sont partis et l’état de cette même salle quand on revient quelques mois plus tard. Bravo à vous tous, les locaux, pour votre dévouement : Frédéric, Sébastien, Nathalie, Alain, Fernand, Christian… et tous les autres. 50 ans d’existence, 50 ans de joies et de peines, 50 ans de satisfactions et de déceptions mais surtout 50 ans au service des éleveurs… et ce n’est pas fini… VIVE LE CDE !


Article sur l'élevage des canaris de couleur

paru en octobre 2016

Pour lire l'article cliquer sur l'image ci-dessous.


S'abonner à la revue


Les sommaires des numéros de l'année 2016
déjà parus ou à paraître prochainement

2016
Cliquer sur la couverture pour voir le sommaire
janvier février mars avril mai juin hors série septembre octobre novembre décembre
2017
Cliquer sur la couverture pour voir le sommaire
janvier février mars avril mai juin juillet septembre octobre novembre décembre